Le paquet de Noël.

 

Elle venait de finir de disposer les paquets sous le sapin lorsqu’elle remarqua une forme brunâtre dissimulée derrière le socle. Elle se pencha. Ses cheveux lui masquèrent la vue en un rideau de fils châtain clair et s’étalèrent sur le sol. D’un mouvement de la tête, elle les renvoya, dociles, en arrière et aperçut, alors, une sorte de paquet, mal emballé dans du kraft et ceint d’une ficelle. Elle le prit, surprise, et après quelques secondes d’hésitation et d’inspection du rudimentaire emballage, défit la ficelle rugueuse et écarta le papier.
Elle vit, alors, une boite de taille moyenne, en marqueterie de bois, dans les teintes acajou, loupe d’orme et ronces de noyer, à première vue assez ancienne et dont le couvercle était revêtu, dans une typographie surannée, de l’inscription Memory’s box.
Une boite à souvenirs s’interrogea-t-elle à mi-voix. Elle la regarda sous tous les angles et en souleva délicatement le couvercle avec la circonspection que vous inspirent les objets qui vous sont inconnus. A ce moment, l’air de Chestnuts roasted on open fire résonna doucement.
Une boite à musique? Tiens, mais pourtant je ne vois pas de mécanisme pensa-t-elle. En effet, la boite était vide, tout juste garnie d’un velours pourpre poussiéreux et usé.
A peine, avait-elle fait ce constat, que des parfums de chapon, de châtaignes et de marrons glacés semblèrent en sortir, puis ce furent les bruits des papiers cadeaux déchirés par l’impatience, ses rires d’enfants et ceux de sa mère en décorant le sapin, l’air d’O Holy night.
Elle demeura stupéfaite. Mais, quel est cet objet? Par quelle féerie, quel enchantement, cela est-il possible? Possible? Mais non, justement cela ne l’est pas! Tu déraisonnes! Ce monologue intérieur avait presque achevé de la convaincre lorsque, poussée par la curiosité, elle ne put s’empêcher d’ouvrir, de nouveau, la boite. Des images du passé apparurent alors devant ses yeux, les facéties de son chat jouant avec les boules de Noël et les guirlandes, l’amusement de sa mère et d’elle en le regardant faire, la joie sur son visage d’enfant devant les cadeaux, les centres de tables confectionnés pendant les jours heureux qui précédaient Noël, ses chants d’enfant confondus aux siens, adulte, sur les musiques de Vive le vent ou d’Ave Maria.

Son sourire se fana progressivement, quand se présenta, devant elle, le cortège des peines, d’abord graduellement illustrées par les déceptions gâchant aussi ce jour-là et causées par ceux qui ne furent jamais qu’une source de déceptions pour tous ceux qu’ils connurent, puis les visages de ses grands-parents, des amis de la famille -ceux qui possédaient tant le sens de Noël- tous ne demeurant vivants que dans sa mémoire.
Des larmes tombèrent doucement dans la boite et elle fut, alors, enveloppée par un tourbillon de souvenirs allègres ou chagrins, de désillusions, d’heureuses surprises, du bonheur des présents réussis, des effluves des repas de Noël préparés avec sa mère pendant des heures, de sourires, de paquets plus vraiment présentables car mâchouillés aux coins par son chat, de la tristesse du premier Noël sans lui et sans tous ceux qui appartenaient désormais irrémédiablement à hier, des pieds gelés aux messes de minuit à la Madeleine, de la plénitude de partager ces heures hors du temps simultanément avec ses proches et des centaines de millions de personnes sur cette terre comme si le merveilleux devenait réel l’espace d’une journée.
Elle fut submergée par tous ses souvenirs et pleura, sourit en émotions mêlées. La sonnette de la porte retentit. Elle se leva, sécha ses larmes pendant qu’il descendait de l’étage, puis s’approchant de lui, lui murmura en lui montrant la boite, « Je t’aime. Merci, aucun cadeau n’est plus beau que celui-ci ». Il parut étonné. Elle ouvrit la porte aux convives; un nouveau Noël commençait.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s