Le petit conte de l’ogre Kréticifer et la fillette E -2-

En effet, Kréticifer n’était pas un ogre classique. A la différence de ces dévoreurs de chair tendre qui hantent habituellement les livres de contes, il dépeçait les âmes sans laisser de preuve visible de ses forfaits. Aidé d’une formule magique, volée dans un vieux grimoire, il arrachait, jour après jour, lambeaux après lambeaux, l’énergie vitale qui emplissait une âme puis en extirpait la confiance personnelle et la volonté qu’il ne pouvait secréter en être faible dont l’unique force résidait dans le maléfice. Ce porteur de mort jubilait, chaque jour, et sans témoins qui eussent pu compromettre ses sombres projets, en récitant devant sa proie cette incantation.

.

Néanmoins, il arrive que les malveillants choisissent mal leurs victimes et l’ineffable imbécillité de Kréticifer l’y avait conduit, car, malgré ses six ans et la vulnérabilité de son innocence, E affichait une personnalité trop forte qu’il peinait à briser. Son acharnement redoubla alors pour y parvenir et ainsi, en plus de puiser son énergie dans celle de la fillette, réussir à la diriger à sa guise, telle une marionnette.

.
Dans la lugubre masure, les années passèrent durant lesquelles, cet atroce rituel érodait les forces de E qui s’étiolait. Cependant, un jour, la chance accompagna, un court instant, E et voulut que son petit coffret, qui avait le pouvoir de capturer les voix, fut un involontaire témoin de la scène. A l’approche de l’ogre, E cessa de chantonner, et dans le silence qui régnait désormais, les mots de Kréticifer, résonnant de toute la violence que la haine mettait dans sa voix, dans ces moments là, furent emprisonnés dans la petite boite.

.

Pourtant, la chance escorta encore Kréticifer plusieurs années. E était, pour l’instant, trop jeune pour comprendre le sens des mots de Kréticifer et ceux-ci, ne furent délivrés du coffret que lorsqu’elle atteignit ses douze ans. Ce jour là, en les entendant, E ressentit la puissance destructrice de la haine injustifiée qui habitait chaque parole et qui lui lézarda le cœur. Anéantie, elle demeura jusqu’à l’aube de ses treize ans, sans pouvoir réagir.

.

Mais un jour, une colère sourde, inextinguible, surgie du tréfonds de son être, l’envahit. Kréticifer n’avait pas le droit d’agir ainsi; sa décision était irrévocable, elle allait se battre et le vaincre. Elle s’en fit le serment.

.

Angel Muriel  Descendimiento

Angel Muriel Descendimiento

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s