Insensément 2

Elle posa son regard à gauche, à droite, au centre (il n’y a pas de raison de le snober) mais sans oublier de le reprendre. Une galerie hétéroclite composée d’objets farfelus trônant en monarques immobiles s’étalait sans vergogne. Une fronde docile, un pichet incassable, un calendrier enragé qui s’arrachait les chiffres à pleines poignées et, au milieu de tout ce bric-à-brac à peine éclairé, un hybride. Croisement d’une TSF et d’une chaîne à disque dur, l’objet non identifié intrigua immédiatement Erima.

– Combien ? demanda-t-elle à l’antiquaire
Il ouvrit la bouche mais curieusement la réponse vint du mainate juché sur une armoire à armures.
– Laiss’ Gustave, j’m’en charge répondit avec gouaille le mainate. Pour vous, ma p’tite dame, c’sera un prix d’ami ! Juste le sextant de Rackham !
– Trop cher ! Je propose quatre plumes de chouette-à-voix-d’ange et six cheveux de chauve-souris.
– Tssss tsss tsss… ah ben on va pas faire affair’ dans c’cas…
– Je rajoute ce pendentif qui annonce les changements de vent et d’ère. A prendre ou à laisser ! Et vu la poussière dans votre capharnaüm, vous ne devez pas vendre souvent quelque chose… Alors…
– J’vous trouve bath ! Allez, c’est d’accord ! conclut le mainate avec un air satisfait de voyou.

Elle quitta la boutique –qui en fut très attristée- et se dépêcha de rentrer pour faire fonctionner cet engin.
Après plusieurs tentatives, un son en sortit. Elle regarda machinalement sa tocante qui afficha soudainement cinquante trois ans, puis vingt six, quatre-vingt douze, trente quatre, avant de s’arrêter sur sept.

– Allons bon… Toi, tu es déboussolée, ma pauvre tocante. Dors un peu pour te remettre les aiguilles à l’endroit.

La musique laissa place à une voix masculine qui chantait une sorte de jazz assez difficilement identifiable. Au bout d’un assez long laps de temps, la voix se tut et un silence total empoigna ses petites affaires et s’installa. Elle secoua l’espèce de transistor et il en tomba des pièces en chocolat, délogeant le silence qui avait pris ses aises. Une seconde voix masculine légèrement différente en émana alors. Puis les deux se superposèrent, se dissocièrent, dans une alternance soutenue jusqu’à une cacophonie qui lui saisit violemment la tête. Ses paupières devinrent lourdes et le sommeil la rejoignit.


A suivre…mais j’ignore toujours quand.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s