HV2.

Suite de Humanae Vitae (ici).

            

– Vraiment ?

– Regarde cette cohorte. A peine séparées, elles se précipitent pour qu’un nouveau corps leur soit affecté. Pour l’instant, tu sors de l’atelier, tu ignores tout. Mais tu verras.

– Qu’y a-t-il de si important, de si fascinant, de si exaltant dans ce monde qui les motivent tant ?

– Beaucoup de choses et pas tant que cela, en fait. Mais il semblerait, d’après les rapports qui nous ont été faits, que l’amour occupe une place centrale pour les humains.

– L’amour ?

– Là aussi, il te faudra presque une vie pour en cerner le sens et l’essence. Toutefois, pour te permettre de te concentrer sur les autres intérêts de cette Terre, je vais te livrer quelques éléments qu’indiquent les rapports. L’amour serait une substance immatérielle qui unit des êtres autour de l’idée que l’autre est essentiel à leur bonheur et, donc, à leur existence.  Il est de plusieurs formes qui vont de l’amour maternel au grand amour, par nature amoureux. Pour d’autres, l’amour n’existerait pas en tant que tel mais ne serait que le produit de sécrétions hormonales visant à la perpétuation de l’espèce ou à l’instinct de survie. L’amour filial inclus. Mais, apparemment, cette dernière hypothèse n’élucide pas certains points.

– Ce monde est si compliqué ?

– Plus encore.

– Et la religion ?

– Quoi la religion ?

– J’ai entendu deux consœurs qui évoquaient ce mot. Ça signifie quoi ?

– La religion est une invention humaine. Dieu aussi. Mais ils l’ignorent. Nous leur laissons croire car, ainsi, ils ne découvrent pas la vérité. Et puis, ça les rassure d’être perpétuellement guidés et dominés. Nous n’avons pas encore réussi à définir précisément pourquoi mais, à l’évidence, la liberté les terrorise. Au moins, autant que la mort et la souffrance.

– La liberté ? La mort ? La souffrance ?

– L’atelier a mal fait son boulot, on dirait. Il va falloir que je reforme les équipes. Donc, pour simplifier,  la liberté est la possibilité d’agir et de penser limitée par son environnement et ses capacités. Les libertés s’entrechoquent et s’entravent mutuellement. Et plus encore quand les peurs et les désirs s’en mêlent. En quelque sorte, la liberté, c’est agrandir la superficie de sa cage. La mort précèdera ton retour, ici. Mais, pour les humains, c’est beaucoup plus complexe. C’est un mur infranchissable et invisible qui souffle la flamme dont les palpitations rythment une vie.  Quant à la souffrance, c’est une sensation physique même quand elle est morale, forcément subjective et nécessaire bien qu’insupportable. Nécessaire pour approcher tes limites  autant que pour augmenter tes forces et ta conscience d’être vivant.

– Et le désir ?

– Ah non ! Tu ne vas pas me demander de te définir chacun des concepts et des mots que j’ai utilisé ! Le désir est l’illusion de la liberté, la conséquence des pulsions et de l’insatisfaction, le moteur de l’existence et sa principale source de frustrations. Un cercle vicieux partiellement vertueux, en somme.

– Je ne comprends pas ce qu’est la vie.

– La vie est un corridor à sens unique dont on ne voit pas souvent les murs et les croisements et dont on ne sait pas toujours ouvrir les portes.

– C’est encore plus obscur.

– C’est normal. Bon. Tu signes, maintenant ?

 

©V.T.



 

 

Not That We Have All - Lohmuller Gyuri / 2009

 

Publicités

2 réponses à “HV2.

  1. je vais en faire un copier coller !
    c est dire si j ai trouvé  » food for thought , inside »……
    you are one of the most interesting writer here ( I mean New observer blog )
    1000+A SPECIAL ONE KISS

  2. Wow ! Wow ! Wow ! What a panegyric ! Not sure to deserve it. You seem more satisfied than me. But thanks for your enthusiasm, Olivier. It touches me. Kisses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s