Messagère.

 

Bon… je sais que c’est un peu faiblard et que ça mériterait d’être retravaillé par endroits mais je n’avais que dix minutes à y consacrer, ce matin. Alors…

 

 

Quand tu les verras voltiger autour de toi,
Quand ils auront transfigurés la ville,
Et qu’elle semblera venir de naître,
Quand ils chuteront dans un nouveau ballet fragile,
Quand, allongés sur le rebord des fenêtres,
Ils s’évanouiront sous tes doigts,
Ne crois pas à un banal hasard,
A un caprice du ciel bizarre,
La neige est la messagère
De tout ce que je ne peux taire.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s