2.0

Java fouilla dans son sac mais le labourer prestement pendant vingt minutes ne lui permit pas de trouver la clef qui la laissa irrémédiablement à la porte. Déçue et agacée, elle rebroussa chemin et tomba soudain nez à museau avec une souris qui filait sur un tapis de feuilles. Un écran s’afficha alors dans sa tête. Elle sourit et captura la souris. Revenue devant la porte, elle força la souris à crocheter la serrure et entra.

Attentivement, elle dévisagea les lieux à la recherche d’indices. Pensées obscures, secrets surprenants voire inavouables ou compromettants, détails révélateurs, photos intimes espérait-elle trouver afin de pouvoir percer sa psyché et obtenir enfin la réponse à cette question qui la hantait depuis si longtemps. Qu’importe si cette intrusion s’apparentait à une forme de viol psychologique et était doublement un crime, les scrupules et la considération pour autrui n’avaient jamais été sa norme.

Ce qu’elle cherchait devait être derrière un pare-feu. Mais lequel ? Avec acharnement, elle les inspecta tous l’un après l’autre. Détectant soudain une présence, elle crypta son esprit en TLS 256 bits repérant les portes dérobées et les ports à proximité pour fuir temporairement si besoin. Une fenêtre s’ouvrit, puis une seconde et, enfin, une troisième. Elle attendit calmement sachant avoir pris toutes les précautions nécessaires pour ne pas être repérée. Elle n’ignorait pas que c’était une inquisition de longue haleine mais continuait à espérer un coup de chance. Aucun obstacle ne la dissuaderait tant sa détermination était forte et elle trouverait. Du moins, se rassérénait-elle en se le répétant.

Des heures s’écoulèrent sur la vitre de ses obsessions puis les fenêtres se figèrent. Les crampes de son esprit se dissipèrent lorsqu’elle le réactualisa en appuyant sur F5. La menace passagèrement écartée, elle pouvait poursuivre son inspection.
Les mois passèrent en se dandinant gaiement sur la route de la vie jusqu’à cette  nuit cruelle où elle dut se résoudre à ce triste constat : rien. Bien qu’elle n’ait pas ménagé ses efforts, elle n’avait rien trouvé d’intéressant. Tout au plus quelques détails d’une sinistre banalité, d’un pragmatisme insipide qui ne lui apportaient aucune bribe de l’ombre d’une réponse. Les tourments finirent d’envahir son cerveau en un Waterloo sans ennemi physique autre qu’elle même.

Publicités

4 réponses à “2.0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s