Symbiose…

 

Dans les vapeurs du soir et l’odeur acre du goudron brûlé par le soleil, elle avançait, hagarde. Quelques rues plus loin, il cheminait accablé malgré un air jovial. Pourtant, tous deux ignoraient leur état d’esprit réel et ne mesuraient pas leur désarroi qui sourdait sourdement.

L’air du temps gorgé de changements en germes préparait leur révolution. De celles qui muent les astres depuis la nuit des temps et ne se comparent pas aux soubresauts sanglants auxquels les Hommes donnent ce nom. Mais ni lui, ni elle ne le soupçonnait et l’espoir ne les avait pas encore rejoint.
La nuit épaisse les enveloppait désormais d’un manteau de ténèbres tièdes et silencieuses à la moiteur collante. Nulle agitation ne subsistait hormis dans leur sommeil troublé et bref. La ville retenait son souffle avant de recommencer à cracher de la fureur et de la puanteur dès l’aube.

A peine tirés de cette mauvaise léthargie, ils reprirent leur errance presque simultanément et s’enfoncèrent dans les ténèbres déliquescentes. Le dédale de la ville les perdait dans des recoins où seul le spleen les suivait à pas de velours et se mêlait à leur ombre. Deux âmes en peine.

 
Le ciel mettait du lait dans son café. Le jour allait poindre. La promesse d’un nouvel avenir s’incarnait dans l’aube frémissante et optimiste à l’image des aurores et des débuts. Les humains reprendraient bientôt leur quotidien à l’endroit exact où il l’avait laissé avant de fermer les yeux et enfileraient leurs manteaux de misère existentielle qu’ils tenteraient de noyer dans un divertissement vertigineux et artificiel. Elle et lui continuaient d’avancer sans exactement savoir vers quel lieu crépusculaire, quel but inconnu, quelle quête presque inaccessible. Mais sans cesser d’avancer, pourtant.

 
Leurs routes prochainement convergeraient après cet interminable périple décennal et tous ces fourvoiements. Immédiate et mystérieuse symbiose dès la rencontre au-delà des mots et des paramètres rationnels. Leur révolution commencerait en un tremblement de terre qui chamboulerait les bases vacillantes de leur existence pour tout reconstruire et ordonner selon les canons esthétiques et minutieux du destin. Chaos annonciateur de jours meilleurs et du sens de l’existence. Deux âmes soeurs réunies.

Rêve ?

 

 

 

Oriol JOLONCH

Oriol JOLONCH

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s